Semaine du renouveau.
Vie d'église
Écrit par François M.   
Mardi, 29 Novembre 2016 00:00

SEMAINE DU RENOUVEAU 2016 avec Jean Richard BOSSOUS

 Plutôt qu’un rapport fidèle des exposés de cette semaine de prière, plutôt quelques flashs, phrases marquantes qui ont émaillées cette étude. Des flashs pour nous inviter à aller chacun plus en profondeur du texte.

Rappelons-nous le texte, de 2 Chroniques 7-14  si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, — je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. » La richesse de ce texte nous échappe sans doute à la première lecture. Pourtant, il comporte 3 promesses, pour qui remplit 4 conditions.

 

« Si mon peuple ».

Déjà, se considérer comme le peuple de Dieu. Se pose alors la question de notre identité et de quelles manières nous portons haut fièrement le nom de Dieu, notre nom maintenant. L’homme s’éloigne de Dieu et finit par mal porter son nom. Le chrétien traverse une crise d’identité.

Mais le message n’a pas changer, c’est sans doute la manière de le transmettre. Mais le message est le même de tout temps.

 

« Si mon peuple voulait s’humilier ! »

L’humilité est le seul accès au trône. Ce n’est pas une marque de faiblesse, mais c’est accepter une deuxième chance que nous offre Dieu. On a en nous, naturellement, orgueil et fierté. Mais l’église doit être humble pour accueillir l’autre, le monde, S’humilier pour pouvoir prier, demander pardon, recevoir les bénédictions de Dieu.

Se vider de soi pour se remplir de Dieu !

 

« Si mon peuple prie ! »

On est nostalgique du passé : Dieu ne se manifeste plus ! Ce n’est plus comme avant ! Mais utilisons déjà ce que Dieu nous a donné en abondance, avant de demander une nouvelle portion. Jésus est docteur, acceptons son ordonnance et prenons ses médicaments. Alors que nous faisons trop souvent des « prières de supermarchés » (Je choisis ce qui m’intéresse !) Prov.29 :23, Jac.4 :2, nous indiquent les dispositions à avoir pour la prière. Heb. 11 :6 nous confirme les promesses. Mais nous sommes trop fiers pour prier, trop incrédules, et trop ignorants des promesses.

La prière c’est  Louer, Repentance et conversion, Oser demander, Intercéder, (pour les autres et pour soi), Remercier, et contempler.

La prière brise ma résistance, et non celle de Dieu. La prière ne modifie pas Dieu ;, elle me met en harmonie avec lui.

 

« Cherche ma face ».

Es.55 : 6-7 invite à chercher. Avant la connaissance, la doctrine, les usages de la religion, il nous manque une relation personnelle, qu’il nous faut chercher. Il ne sert à rien de regarder aux autres, de regarder au monde. Il faut avoir cet objectif, comme le sportif ! Chercher de tout notre cœur, de toute notre âme, tout notre esprit, notre intelligence. (Amos 5 :4). Ne voyons pas les choses en noir et blanc, nous décourageons nos enfants, alors que dehors, c’est coloré. Mais Dieu aussi, c’est coloré ! Dieu ne recherche pas les capables, mais les disposés et les disponibles.

Quand on prie, tout change : On se purifie, on s’avance avec force et humilité, détermination et foi, fermeté et paix. On devrait voir tous les matins le visage de Dieu avant de voir le visage des hommes ! On doit rechercher Dieu pour sa présence et non pour ses présents.  Le chemin le plus court pour s’approcher de Dieu passe par le prochain.

 

« Se détourne de ses mauvaises voies ».

Dieu veut se manifester à travers a création. Recherchons-nous Dieu et détestons-nous le péché ? Le monde a des excuses par rapport au péché, car il est ignorant. Pas l’église qui prêche ! Le péché devrait nous chagriner car nous faisons de la peine à Dieu et cela affecte notre prochain.

Le problème du péché, ce n’est pas le monde. Ce n’est pas Dieu non plus ! Alors c’est qui ? Nous faisons la planche sur le péché : On lui tourne le dos, (mais il nous porte !) le regard vers le ciel, mais pas trop bouger sinon, on peut être déséquilibré !

Dieu désire nous pardonner, alors, les clés pour revenir à lui ? Un esprit de confession, un esprit de repentance, un esprit de pardon.

 

« Je l’exaucerai » (Et j’effacerai son péché)

Première des promesses. Mais parfois, rien ne se passe par rapport à nos attentes. Comment réagir ? Mais Dieu pardonne avant d’exaucer. Il pardonne sans reproche ni culpabilité. Par le pardon, Dieu nous reconstruit et nous régénère, avec notre collaboration. Notre plus grand besoin est l’amour et le pardon. Pour cela, Dieu nous a envoyé un sauveur, qui est aussi ami, avocat… Venez et plaidons (Es. 1 :18) Pardonner pour être pardonné. Le refus du pardon nous empêche l’accès au ciel. Il faut être 2 pour se réconcilier mais un seul pour pardonner ! Le pardon, c’est l’application pratique de l’amour ;

 

« Je guérirai son pays ! »

Les gens veulent recevoir des messages de Dieu. Pour les autres, pas pour eux ! Pourtant la Bible me parle. Plus exactement, la Bible parle à moi ! Autour de moi, (et chez moi ?), il y a apostasie religieuse, dépréciation morale, anarchie. Le salut passe par Jésus Christ. Le chrétien (Que je suis) est intelligent sur les rites et les usages, la connaissance des prophéties et leur interprétations, cela me permet de blâmer les autres, les exclure peut-être du salut ! Mais je ne me remets pas en question.

Pour la guérison, Il faut vivre l’amour :Prier come Salomon (Toujours), être le temple de Dieu, Prier avec sincérité et honnêteté, Chercher la face de Dieu, Se détourner de ses mauvaises voies.

 

Alors, Dieu Guérira !

Mis à jour le Mardi, 29 Novembre 2016 19:16